Quatre questions sur le nouveau protocole sanitaire à l'école maternelle et primaire

actualité coronavirus

De nouvelles règles sanitaires vont être appliquées dès ce mardi 22 septembre, dans les écoles maternelles et élémentaires de France. Objectif de ces mesures : limiter les fermetures de classes.

Dès ce mardi les règles du jeu vont changer à l’école. Le ministère de l’Éducation nationale a annoncé, dimanche 20 septembre, de nouvelles mesures plus souples concernant l’épidémie de coronavirus pour les maternelles et les primaires.

A quel moment une classe devra fermé ses portes ?

Pour que l’ARS (Agence régionale de santé) opte pour la fermeture d’une classe, il faut désormais trois enfants (ne venant pas de la même famille ou ne vivant pas dans le même foyer) soient positifs au Covid-19 et non plus qu’un seul. Dans ce cas, les élèves de cette classe seront considérés comme « cas contact » et devront s’isoler pendant 7 jours prolongeables.

 

De plus, ces nouvelles règles valent aussi pour les collèges et les lycées.

En quoi ces nouvelles mesures sanitaires change pour les enseignants ?

Du côté des professeurs, ils ne seront plus considérés comme « cas contact » même s’ils ont été à proximité d’un enfant malade. En effet, le port du masque de catégorie 1, rendu obligatoire pour les enseignants même en maternelle, constitue « une mesure de protection efficace » selon l’OMS.

Cependant cela a suscité l’indignation de certains enseignants : « On a l’impression que le virus s’arrête à la porte des écoles […] Les enfants ne portent pas de masque mais il y a des brassages dans les classes ; même s’ils sont moins contaminants ils le sont quand même. »

Se protéger face au Covid-19

Masques jetables 100 pièces

masques chirurgicaux jetables

Visières de protection 5 pièces

Gants jetables 100 pièces

gants jetables coronavirus

Lingettes anti-coronavirus

Pourquoi il y a-t-il un assouplissement des règles ?

Le président Emmanuel Macro a souligné qu’il  fallait apprendre à vivre avec le virus, et l’assouplissement des mesures sanitaires dans les écoles est l’un des meilleurs exemple.

 

En effet, l’objectif de cet assouplissement des mesures sanitaires pour les écoles et d’essayer de limiter au maximum le nombre de fermetures des classes dans les jours et semaines à venir. 

De plus, le but principal de ces nouvelles mesures est d’éviter les décrochages scolaires car fermer les classes veut dire renvoyer les élèves chez eux. Malheureusement, la majeure partie des enfants ont de grandes difficultés à suivre le programme en dehors de l’école.

 

Jean-Michel Blanquer a défendu lui aussi la position du gouvernement de vouloir éviter la fermeture des classes « L’école est bonne pour les enfants, on a besoin d’éducation, et cette éducation ne doit pas être sacrifiée dès qu’un problème arrive. C’est la première des raisons. »

Les enfants sont-ils moins contaminants que les adultes ?

Pour justifier ce choix, le gouvernement s’appuie sur le récent avis de la Haute autorité de santé (HAS) publié la semaine dernière, et évoqué par Olivier Véran, ministre de la Santé, lors de son point presse hebdomadaire, jeudi 17 septembre : « Les enfants en primaire, maternelle, et crèche sont peu susceptibles de se contaminer entre eux et de contaminer les adultes. Mais nous allons renforcer les mesures pour limiter autant que possible les contaminations d’adultes à enfants », a-t-il déclaré.La décision a été prise de rendre obligatoire le port du masque pour tous les professionnels de la petite enfance.

 

Autre avis fondateur de ce nouveau protocole sanitaire dans les écoles : celui du Haut conseil de la santé publique (HCSP) paru le 17 septembre dernier, qui appuie cette théorie du faible risque de transmission du Sars-CoV-2 d’enfant à enfant et d’enfant à adulte.

A lire aussi...

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email