Le virus Covid-19 cloné par des chercheurs suisses

coronavirus
Des chercheurs de l’université de Berne, en Suisse, ont réussi à cloner synthétiquement une copie complète du nouveau coronavirus. Cette prouesse a pour but d’aider les équipes de chercheurs du monde entier dans la course au vaccin contre le coronavirus. Alors que les équipes de chercheurs du monde entier s’activent pour trouver un moyen de stopper la propagation du covid-19, qui a déjà contaminé plus de 3,5 millions de personnes à travers le monde, des chercheurs bernois sont parvenus à créer une copie synthétique du virus Sars-CoV-2 dans le but de trouver un traitement contre le coronavirus.

Une méthode peu conventionnelle

Déjà bien connu en virologie, le clonage de virus n’est pas nouveau, cependant, la méthode utilisée dans le cas présent est différente de celle utilisée traditionnellement. Les scientifiques suisses ont fait synthétiser des fragments d’ADN contenant des morceaux du génome du coronavirus, grâce à des séquences extraites du virus découvert en Chine.
Ces fragments d’ADN permettraient à de la levure de bière, aussi appelée Saccharomyces cerevisiae par les scientifiques, de reconstruire le génome complet du virus. Il faut quand même préciser que la synthèse artificielle est très instable et se fragilise plus rapidement que l’ADN.

“Nous avons amélioré ce système de manière à pouvoir cloner rapidement les coronavirus et d’autres virus”, a déclaré Jörg Jores

Cette méthode est innovante car, habituellement, pour reconstituer le génome du virus cloné, les chercheurs utilise la bactérie Escherichia coli.

Fabien Labroussaa, «Cette bactérie a de nombreux avantages, mais elle présente aussi des inconvénients. Certains fragments du génome du SARS-CoV-2 sont instables ou toxiques pour la bactérie, ce qui rend le clonage du génome entier dans la bactérie laborieux. La levure permet de s’affranchir de tous ces problèmes».

L'étude de la maladie

Le but des scientifiques est de réussir un clonage synthétique du virus en une semaine. Fabien Labroussaa déclare qu’il faudrait plus d’un mois pour réussir à cloner un virus avec les méthodes traditionnelles, si tout se passe comme prévu. L’avantage des souches synthétiques est qu’elles permettent aux chercheurs d’étudier des bases stables et reproductibles. Il est aussi plus rapide de reproduire des mutations potentielles du virus ou d’y insérer des mutations contrôlées au coeur de son génome.

Des scientifiques suisses ont par exemple inoculé un gène fluorescent dans certains clones afin d’assurer un suivi plus facile de leur réplication.

 

A lire aussi : origine du coronavirus

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email